Quand le cannabis s'associe au chamanisme

   Depuis toujours, l’Homme entretient un rapport très spécial avec le monde de l’au-delà. C’est le cas dans la vie quotidienne et dans le cadre des prédictions sur la saison des cultures et la météorologie. Il en est de même pour le traitement et la guérison d’innombrables maladies qu’il attribue au bon vouloir des ancêtres et des divinités qui régissent l’univers. Cette relation entre les hommes et les dieux ou esprits se fait toutefois par le biais des guides appelés Chamans dans de nombreuses cultures ethniques. Lors des rituels qui consistent à libérer leurs esprits pour entrer en contact avec ceux des ancêtres, l’usage de certaines plantes naturelles comme le cannabis est privilégié. Elles les aident à mieux se concentrer sur les signes, aussi infimes soient-ils, envoyés par l’au-delà et qui vont leur indiquer les divers chemins à suivre.

Je m’appelle Yesui et je me passionne pour la culture et l’usage du cannabis. Ici, je vais vous expliquer les raisons pour lesquelles le cannabis a, depuis longtemps, été utilisé dans le chamanisme.

Le chamanisme, une religion ancestrale

Indou Brahmane

   Si pour le commun des mortels, l’usage du cannabis se cantonne uniquement à l’euphorie qu’on en obtient après quelques bouffées, son utilisation est plus spirituelle chez les autres. Il en est ainsi chez les adeptes du chamanisme, une pratique religieuse selon laquelle l’Homme peut communiquer avec les esprits des disparus et des animaux. Cette aptitude n’est pourtant pas donnée à tout le monde, seuls les chamanes peuvent servir de pont entre ces deux différents mondes. L’usage de plantes naturelles comme le cannabis les aident pour cela lors de rituels, comme on le faisait d’ailleurs 1 500 ou 2 000 ans avant notre ère, et même aussi, bien avant en ce qui concerne les Chamanes de la préhistoire.

   En effet, la pratique du chamanisme a été remarquée en premier chez les populations traditionnelles sibériennes. Il s’avère pourtant que d’autres peuples le pratiquaient aussi, et c’est la raison pour laquelle on l’a qualifiée d’universelle. Concrètement, le chamanisme consiste à faire entrer dans un état de transe ou de conscience modifiée le chamane, le pratiquant qui a le pouvoir d’interagir entre ses adeptes et le monde spirituel. Le but est de lui permettre de rassembler les énergies transcendantes afin de s’en servir pour le bien-être de sa communauté, de la population des vivants. Même si une telle croyance a été fortement contestée à l’aube des années 70, des scientifiques comme des anthropologues ou des experts en phénomènes religieux commençaient à s’y intéresser. Son efficacité était telle qu’elle fait maintenant l’objet d’études en sciences cognitives et autres.

Le principe du chamanisme

   Actuellement, le chamanisme permet à tout être pensant de mieux se connecter avec la nature afin d’appréhender la véritable raison de son existence. Cela signifie avoir un autre regard sur soi et sur le monde qui l’entoure. De par son usage ancestral spirituel transmis depuis des milliers d’années, il fait comprendre que l’Homme et la nature ne font qu’un car il en fait totalement partie. Ce serait donc une erreur de croire que l’Homme peut vivre sans, il doit faire en sorte de garder ce lien avec la nature, et ce, à tous les niveaux de sa vie.

   Le chamanisme fait de cette conscience écologique l’un de ses principes en préconisant les bains de forêt et en invitant à un voyage cosmique comme Mircea Eliade l’a si bien décrit. C’est ce dernier, ethnologue, qui a permis de redécouvrir la tradition chamanisme selon laquelle l’Homme vit son voyage sur terre en suivant les cycles solaires, lunaires, ceux des 4 saisons et des points cardinaux. Sa pratique permet d’explorer et de transformer son soi pour mieux l’améliorer et le mettre en harmonie avec le rythme de la vie terrestre.

L’usage spirituel et religieux du cannabis

   Les propriétés hallucinogènes du cannabis naturel ont été reconnues depuis des milliers d’années dans la Chine ancienne, que ce soit sur le milieu médical chinois ou celui des taoïstes. La plante a été aussi considérée comme sacrée en Inde et au Népal en 2 000 à 1 400 ans avant J-C. Les Scythes l’utilisaient dans leurs pratiques cérémonielles du 5ème au 2ème siècle avant notre ère. Les nomades hindous s’en servaient aussi depuis des siècles. A ces périodes, le cannabis faisait même partie des 5 plantes sacrées. Appelée bhang, ganja ou charas suivant la partie utilisée : feuilles, racines, sommités et autres, il était consommé en infusion ou fumé. En ganja, il était associé au culte de la divinité hindoue Shiva et en charas, sous forme de résine extraite des sommités et de feuilles, fumé par des dévots shivaïtes. Le Bouddhisme dont le 5ème précepte interdit l’usage de toute substance pouvant causer l’insouciance, l’utilisait même dans le Tantra de Mahakala à des fins thérapeutiques. En Afrique, le cannabis a servi de calmant, pour atténuer les douleurs ou de stimulant, pour retrouver l’appétit. En tant qu’antiseptique, le chanvre servait aussi de traitement contre entre autre :

  • le tétanos,
  • la rage,
  • les convulsions infantiles,
  • les troubles nerveux,
  • le choléra,
  • la ménorragie,
  • le délirium tremens propre au syndrome du sevrage alcoolique,
  • etc, etc...

L’Ancienne Europe, l’Ancienne Asie centrale et l’Ancien Israël n’étaient pas en reste, car ils l’utilisaient aussi dans leurs rituels religieux. C’est pour dire que le chamanisme n’était pas la seule entité à utiliser le cannabis, mais bon nombre d’adeptes dans le monde entier en faisaient aussi usage.

L’usage du cannabis à l’ère actuelle

   Si cet usage du cannabis s’est toutefois atténué actuellement au point d’être interdit dans certains pays, il suscite toujours l’intérêt des spécialistes. En effet, considéré comme une drogue, il ne peut pas être distribué par les canaux commerciaux étatiques, tout le contraire de ce qui s’est passé en 1850 quand on pouvait encore s’en procurer en pharmacie. Certains pays dérogent toutefois à cette règle, l’Uruguay ayant été le premier pays à autoriser légalement la consommation récréative du cannabis en 2013. Plusieurs pays lui ont emboîté le pas, comme Canada qui a commencé à distinguer l’utilisation médicale du cannabis depuis les années 2000. Les vertus antiémétiques de la plante sont maintenant reconnues que son usage médical redevienne de plus en plus toléré et légal comme il en est au Pays-Bas, en Allemagne, en Espagne, au Portugal, les USA et autres.

Pour obtenir des plantes de haute qualité qui contient les principes actifs recherchés, il faut toutefois les entretenir avec desproduits naturels et non chimiques comme leCannabis Ayurveda Pack, un fertilisant ayurvédiques et bio comme on en trouve sur ce site Yukha. Tel est le maître mot de la consommation du cannabis naturel.

Bien à vous

Yesui M.

Yukha copyright

Traduit du texte original en Français par Yukha

Brahman célébrant la cérémonie du feu à Benares - Varanasi  en Inde

Brahman célébrant la cérémonie du feu à Benares - Varanasi  en Inde

Mieux se connecter avec la nature !

Mieux se connecter avec la nature !

Sur le bord du Mékong au Laos, troisième fleuve d'Asie dénommé la « mère des eaux »

Sur le bord du Mékong au Laos, troisième fleuve d'Asie dénommé la « mère des eaux »

Arbre sacré et vénéré en Inde

Arbre sacré et vénéré en Inde

Une terre mère et un monde surprenant

Une terre mère et un monde surprenant

La joie et la bienveillance spirituelle en Inde

La joie et la bienveillance spirituelle en Inde

Itinérants spirituels, un Sâdhus en scooter

Itinérants spirituels, un Sâdhus en scooter

Commentaires (1)

    • TSL
    • 2020-04-23 20:04:11
    Amazing !!!

Nouveau commentaire

Nous utilisons des cookies pour analyser votre navigation et ainsi améliorer nos services, mais également pour le partage de contenus sur les réseaux sociaux.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur usage. Pour refuser, cliquez ici Pour accepter, cliquez sur le bouton ci-dessous.